Une étude très sérieuse pourrait bien vous faire changer d’avis définitivement sur les effets néfastes de la bière. En effet, une des boissons les plus bues au monde souffre d’une réputation négative lui créditant la prise de poids et autres « ventres à bière ». Des chercheurs auraient, cependant, réussi à prouver que cette image ne correspond pas forcément à la réalité scientifique.

Une étude récente

Selon une étude, la bière ne serait pas entièrement responsable de la prise de poids et pourrait même vous faire perdre du poids !

Des chercheurs de l’Université de l’Oregon en sont arrivés à cette conclusion lors de leurs recherches. En effet, ils ont constaté que les effets du xanthohumol, un flavonoïde (pigment végétal) contenu dans le houblon et donc dans la bière, pouvaient avoir des effets positifs sur la perte de poids.

Pour ce faire, ils ont séparé 48 souris en deux groupes distincts, les deux étant soumis à un régime riche en matière grasse identique. Seule différence : les 24 souris de l’un des deux groupes se sont vues injecter une dose oscillant de 30 à 60 milligrammes de xanthohumol par kilogramme de masse corporelle et ce tous les jours pendant 12 semaines.

Résultat, les souris ayant les injections de xanthohumol ont réduit, en moyenne, leur taux de cholestérol de 80% et ont gagné 22% de masse corporelle de moins que l’autre groupe malgré le fait d’avoir été soumis au même régime alimentaire.

Même si le xanthohumol est déjà étudié depuis longtemps, c’est la première fois que des résultats aussi impressionnants sont observés.

L’auteur de cette étude a déclaré à propos de ce composant qu’il « a amélioré de manière significative les marqueurs à l’origine du syndrome métabolique chez les animaux de laboratoire mais également sur la perte de poids ». Le syndrome métabolique est le nom désignant un ensemble de facteurs déclenchant la hausse des risques liés aux maladies du coeur et d’autres problèmes de santé. Ces marqueurs incluent un taux de cholestérol élevé, l’obésité et un taux de glucose élevé.

Des chercheurs lui avaient déjà trouvé des bienfaits dans le traitement des problèmes de fonction cognitive chez les animaux, la lutte contre le cancer ou encore les problèmes de tension artérielle.

Une étude critiquée

Le site Broadly a critiqué, à juste titre, l’application de ce type de recherches aux humains. L’article explique en effet qu’il faudrait qu’une personne de 60 à 65 kilos boive plus de 3500 bières en moins de 24 heures pour que les observations s’appliquent de manière exacte à l’étude menée. Cela vous mènerait inévitablement à un coma éthylique et à une très probable mort puisque le corps humain n’est pas capable d’absorber une telle quantité d’alcool en si peu de temps.

De plus, même si les résultats de cette étude sont globalement positifs, il faut garder en tête que la consommation d’alcool apporte des dangers pour le corps humain qui sont nombreux : de la pression artérielle élevée aux problèmes de foie.

giphy

source photo: giphy

armonioso-promo