petite-entreprise

On entend souvent que démarrer son entreprise, c’est donner naissance à un enfant. Proche de la parentalité, l’entrepreneuriat est un investissement important en temps et en argent, et il faut être bien prêt à faire les sacrifices que nécessite sa réussite.  Voici les trois premières étapes qu’il faut prendre pour un bon démarrage d’entreprise au Québec.

Plan d’affaires

Après avoir déterminé le type d’entreprise que vous souhaitez échafauder, la première étape est de faire un plan d’affaires. Il s’agit d’un élément essentiel qui vous suivra pour toutes les étapes de votre début d’entreprise, que ce soit pour obtenir du financement des institutions financières, pour participer à des concours d’entrepreneuriat ou encore faire la location de locaux.

Le plan d’affaires est essentiellement la présentation embryonnaire de votre entreprise en devenir. Vous aurez à décrire le domaine d’activité à l’intérieur duquel vous souhaitez opérer ainsi que les services que vous voulez offrir. Aussi, vous aurez à faire l’étude du secteur dans lequel vous souhaitez évoluer : examiner ses forces et faiblesses, démontrer ce que vous pouvez y ajouter, etc. Par la suite, vous devrez parler de votre stratégie d’affaires et de commercialisation.

La partie la plus importante se trouve être les prévisions financières. Vous devrez faire le budget de l’an 1, dépenses et revenues prévisionnelles, ainsi que les futurs salaires des employés, etc. Bref, beaucoup d’éléments qui ne sont pas à évaluer à la légère et pour lesquels vous devrez faire preuve d’organisation.

Financement

La deuxième étape, reliée au plan d’affaires, est la recherche de financement. Il vous faudra présenter votre projet à diverses institutions financières et bancaires afin qu’ils vous approuvent des prêts correspondant au montant nécessaire à la bonne réalisation de votre démarche. Tout dépendant du montant que vous souhaitez obtenir et du secteur d’activité dans lequel vous voulez opérer, il est possible que vous deviez passer par plusieurs banques pour avoir la totalité du montant que vous voulez. Ne désespérez pas si jamais on vous refuse; il se peut que vous deviez retravailler votre plan d’affaires ou repenser la mission ou l’architecture de votre entreprise.

Ne négligez pas non plus l’apport bénéfique que peut avoir la participation à des concours organisés par les centres de développement de votre région. En plus d’avoir une occasion en or d’avoir du financement, vous aurez aussi la possibilité de vous faire connaître, de former des liens avec d’autres entrepreneurs et d’obtenir énormément de conseils.

S’enregistrer ou s’incorporer ?

L’une des décisions importantes à prendre dans la vie d’une entreprise est le choix entre l’incorporation ou le simple enregistrement. Ces deux options influent directement sur la façon dont vous devrez faire vos déclarations d’impôts au Québec : par exemple l’incorporation crée essentiellement une nouvelle entité distincte de vous.  En cas de faillite, vos comptes personnels seront protégés. Le désavantage de cette pratique se résume aux frais d’avocats. Bref, tout dépend de votre entreprise et de la façon dont vous souhaitez la faire évoluer.

Conclusion

Démarrer une nouvelle entreprise, aussi petite soit-elle, n’est pas une mince tâche. Souvenez-vous que vous êtes entrepreneur 365 jours par année, 24 heures sur 24.  Il s’agit d’un des plus gros investissements en temps et en argent que vous aurez à faire. Il faut donc être bien préparé. Pour ce faire, suivez nos quelques astuces en matière de comptabilité, consultez un conseiller financier ou profitez des ressources sur le net, comme cette liste de contrôle. Nous vous souhaitons la meilleure des chances !

armonioso-promo