Découvrez quels sont les nouveaux enjeux des renégociations de l'ALENA pour le Canada

Les accords de l’ALENA sont en pleine renégociation, tout particulièrement entre les États-Unis et le Canada qui ont des visions diamétralement opposées. En effet, le gouvernement américain menace de se retirer de l’accord si les négociations n’évoluaient pas de façon satisfaisante pour lui. Ainsi plusieurs décisions concernant les échanges commerciaux sont en jeu.

Découvrez, dans cet article, les enjeux des renégociations de l’ALENA pour le gouvernement canadien.

Élimination des barrières non tarifaires

Dans l’optique de se retirer peu à peu de l’Accord de Libre-Échange, l’administration Trump a pour objectif d’éliminer les barrières non tarifaires concernant les biens agricoles américains. Cette décision n’est pas acceptée par le gouvernement canadien, qui affirme que le système de gestion de l’offre sur les produits laitiers ainsi que la volaille est nécessaire pour des échanges commerciaux productifs entre les deux pays.

Répercussion sur l’industrie du transport

Du côté des transports, il faut savoir que la moitié des marchandises entre le Canada et les États-Unis se font par camion. Deux millions et demi de camions traversent cette frontière chaque année, représentant plus de 125 milliards de dollars en valeur de marchandises échangées.

Pourtant l’administration Trump menace de se retirer de cet accord, ainsi il est fort probable d’assister à un retour des barrières tarifaires entraînant de lourdes répercussions sur l’industrie canadienne du transport. En effet, à chaque fois qu’un produit canadien passera la frontière américaine, un tarif douanier lui sera imposé. Ainsi, les petites compagnies de transport pourraient être gravement touchées économiquement.

Impact pour le secteur automobile

Les renégociations de l’ALENA peuvent également impacter l’industrie automobile. En effet, dans le but de privilégier l’économie américaine, le président Trump désire que les pièces servant à l’assemblage des automobiles, proviennent à 85% des États-Unis et plus précisément, que 50% des pièces soient fabriquées dans le pays. Ce qui n’est actuellement pas le cas, car ces pièces proviennent à 62,5% du continent.

Une grande différence que le Canada et le Mexique ne sont pas prêts d’accepter, car cela impacterait grandement les échanges commerciaux pour ces deux pays.

Le commerce transfrontalier hors taxes

Il faut savoir qu’au Canada lorsque l’on achète des produits en ligne, provenant de l’étranger et dépassant la somme de 20$, le consommateur ne paye pas les taxes ni les droits de douane. Du côté des Américains, ils en sont dispensés pour les transactions représentant 800$ et moins. Ainsi, dans les nouveaux enjeux des renégociations de l’ALENA, l’administration Trump aimerait pouvoir appliquer cette loi américaine au Canada, également. Cependant, d’après les entreprises canadiennes, ce nouveau régime fiscal bénéficierait davantage aux étrangers qu’aux Canadiens, ce qui n’est donc pas envisageable.

Risque d’abolition du mécanisme de règlement des conflits

Lorsque l’on parle de mécanisme de règlement des conflits, il s’agit du chapitre 19 de la mouture initiale de l’ALENA. Ce chapitre permet l’établissement d’un groupe de deux nations permettant de régler les différents conflits en rapport avec les droits antidumping et les droits compensateurs.

Avec ce mécanisme, les États-Unis se sont souvent vu perdre leurs causes au bénéfice du Canada. C’est pourquoi Washington en désire l’abolition, tandis qu’Ottawa tient à conserver ce chapitre de l’ALENA.

Avenir incertain face aux nouveaux enjeux des renégociations de l’ALENA

Face à ces cinq enjeux des renégociations de l’ALENA, l’avenir des différents pays, à savoir le Canada, les États-Unis et le Mexique, est incertain. Cependant, le Canada et le Mexique sont bien déterminés à faire avancer les choses positivement. L’affaire reste donc à suivre.

armonioso-promo