franchise reussie

Faire appel aux services d’une femme de ménage est une demande en forte expansion au Québec et au Canada où la population ne cesse de s’accroître et les villes de s’urbaniser. De nombreux jeunes entrepreneurs et compagnies qui désirent se diversifier se lancent dans l’entretien ménager professionnel.

Dans ce cadre et dans le contexte de l’ubérisation « de tout », la franchise est la structure d’entreprise parfaite adaptée à un développement dynamique et une expansion rapide que recherche les plus ambitieux. Une structure encadrée par des lois et des règles du commerce claires et éprouvées.

Comment fonctionnent les franchises?

L’exemple de l’entretien ménager au Québec:

Les services de ménage sont très en demande au Québec et en particulier dans les grands centres urbains comme Québec, Gatineau, Sherbrooke, le grand Montréal.

La demande est croissante, que ce soit en matière de ménage résidentiel auprès des particuliers ou de ménage commercial et industriel, les services étant dans ce cas proposés à des entreprises.

Dans tous les cas, la mission reste la même : assurer l’entretien de l’espace et contribuer à l’hygiène dans les résidences privées chez les particuliers ou dans les bureaux et autres locaux professionnels.

A cette demande, répondent les petites annonces, les entreprises spécialisées et les franchises qui ont su marquer le marché : Adèle, Ménage NRJ, Carrebleu pour les plus gros de la province, mais de nombreuses compagnies s’emparent de ce modèle d’affaires depuis 5 ans.

Les professionnels de l’entretien ménager peuvent lancer seuls leur entreprise en créant leur propre entité et logo ou opter pour le modèle de franchise, un moyen sécurisé véhiculé par :

  • une marque réputée et fiable,
  • une clientèle fidélisée,
  • un secteur géographique à développer.

Le principe des franchises

Le modèle de franchise implique deux acteurs : le franchiseur qui propose une formule à laquelle peut adhérer le franchisé. Si tel est le cas, un contrat est signé entre les deux entités qui partagent alors une relation légale et commerciale.

Le franchiseur

D’un côté, on retrouve donc le franchiseur qui a mis au point une convention spécifique pour l’exploitation d’une entreprise (ici, l’entretien ménager). Cette formule lui est propre, la distingue facilement de la concurrence et lui vaut le succès dans son domaine d’activité.

Cette formule doit avoir été déjà expérimentée auprès de la clientèle. Par ailleurs, les clés de la réussite doivent pouvoir être transmises au franchisé.

En définitive, le contrat doit être attractive pour le futur franchisé qui verse une somme d’argent pour entrer dans la marque et en profiter dans le cadre d’une relation à long terme.

Le franchisé

D’un autre côté, il y a donc le franchisé qui désire lancer son entreprise en profitant de la formule et du nom du franchiseur. Dans ce cadre, un franchisé est donc amené à investir et à créer une société. Le plus souvent, la relation entre franchisé et franchiseur est établie dans le but de lancer une nouvelle entreprise. Mais il est également possible que le franchisé devienne propriétaire d’une société déjà fonctionnelle, ou alors, le franchisé possède déjà un établissement et il souhaite le franchiser.

Pour obtenir plus de renseignements et informations sur ce type de relation contractuelle, vous pouvez contacter le Conseil québécois de la franchise (CQF). Ce Centre dynamique est le porte-parole de la franchise au Québec et regroupe l’ensemble des franchiseurs et franchisés (plus de 8000 franchisés et plus de 300 franchiseurs). Le CQF est un acteur important et une source fiable pour toute personne qui veut investir dans une franchise.

Réussir sa franchise dans l’entretien ménager

franchise payanteQuel que soit le domaine dans lequel on veuille s’investir et investir son argent et son énergie, on se focalise souvent en premier lieu sur les résultats financiers :  « Combien vais- je gagner ? », en oubliant les étapes à parcourir.

Rares sont les personnes averties qui planifient clairement et avec réalisme le chemin vers leurs ambitions.
Or, pour réussir un investissement, il faut bien évaluer le potentiel de ses compétences avant de faire des plans sur les résultats.

La relation franchiseur – franchisé

Dans le cadre d’une franchise, l’entreprise du franchisé reste distincte de celle du franchiseur.

Si le franchisé préserve une certaine autonomie et une indépendance juridique, il reste néanmoins tenu de respecter certaines règles déontologiques et une charte de confiance dans le cadre du partenariat.

Les spécificités de ces règles sont d’ailleurs clairement définies dans le contrat de franchise et on y retrouve notamment les obligations auxquelles le franchisé est astreint, de même que les restrictions et les limites à ne pas dépasser.

Le franchiseur établit des directives et des règles auxquelles le franchisé accepte de se conformer dans le cadre de l’exploitation et la gestion de sa société.

Images © Ménage NRJ

armonioso-promo